Hommage à Jean Claude MASSE

jc-m

Début du mois d’août. L’état de santé de Jean-Claude Massé se dégrade rapidement, Jacqueline son épouse nous tient informés.
Dijon, la Semaine fédérale se termine et la nouvelle tant redoutée tombe le 6 août.
Cette saloperie de maladie a encore eu le dernier mot, la grande faucheuse nous emporte un ami, au terme d’une vie où c’est peu dire que le cyclotourisme a pris une grande part.
René, Jean-Pierre, Claude, Patrick, et aujourd’hui Jean-Claude, le CoDep 75 est une nouvelle fois en deuil, mais c’est d’abord à Jacqueline et ses enfants que vont nos condoléances et nos pensées attristées. Son épouse Jacqueline dont il n’oubliait jamais à l’heure des bilans de louer la contribution.
C’est en 1978 que Jean Claude prend sa première licence à l’ACP où il découvre le monde « cyclo ». Il participe à toutes les organisations, rallyes, Flèches de France, Flèche Vélocio et en 1987 à l’épreuve phare Paris-Brest-Paris.
Entre temps il est entré au Comité directeur. Elu président, il le sera de 1985 à 1991.
1991, c’est le centenaire de PBP, Jean-Claude en est responsable. Pour tout le Comité d’organisation, c’est un succès, beaucoup d’entre nous s’en souviennent, plus de 3000 participants, du jamais vu ! Et ce rassemblement pour le prologue, Place de l’Hôtel de Ville de Paris, en présence de Jacques Chirac !

Jean-Claude a marqué de son empreinte toutes les organisations ou institutions dans lesquelles il s’est impliqué. Pas le genre à faire dans la demi-mesure ce gars-là.
Convaincu de la nécessité d’un travail collégial et capable de rassembler des énergies autour de projets forts, il a pu mener à bien nombre d’entreprises hardies avec des équipes convaincues et dévouées.
Tous savent ce que leur succès doit à Jean-Claude, il avait la réussite comme obsession.

Au CoDep 75, où il succède à Jean-Pierre Guillot, son action est guidée par le souci de soutenir les clubs parisiens et de favoriser leurs relations. Jean-Claude crée le bulletin de liaison CYCLO PANAM pour cela..

A la Ligue Ile de France, dont il devient président en 1998, Jean-Claude, entouré d’une équipe solide fortement impliquée, contribuera à dynamiser cette structure, en relations étroites avec les CoDep et des clubs franciliens, développant entre autres les actions pour les jeunes.

On ne peut énumérer toutes les manifestations qui doivent leur réussite aux qualités peu communes d’organisateur et de fédérateur de Jean-Claude Massé que chacun lui reconnait. On se souvient du succès rencontré par Toutes à Paris, essentiellement dû à la logistique sans faille mise en place et observée dans les moindres détails par les équipes de bénévoles mobilisées pour l’occasion.
Comment ne pas évoquer l’Europ’n’, cette formidable organisation destinée à favoriser les relations entre les peuples dans laquelle Jean-Claude était totalement investit avec ses amis de l’UAF.
Comment passer sous silence l’énergie généreuse qu’il déploya pendant des années au sein de son club des Toques Blanches pour recueillir avec le succès que l’on connait des fonds au profit du Téléthon.

Jean-Claude Massé et Claude Martel partageaient une profonde amitié. Quand en 1998 Jean-Claude fut élu président de la Ligue Ile de France, Claude Martel, qui lui succédait à la présidence du CoDep 75, disait de lui :
« On ne remplace pas Jean-Claude Massé. Il connait parfaitement les choses du cyclotourisme, tant à vélo que dans ses fonctions administratives. La passion qu’il manifeste dans tout ce qu’il entreprend et ses talents d’organisateur lui valent l’admiration de tous les cyclos qui le connaissent. »
Aujourd’hui, ceux qui le connaissaient le pensent également.
Beaucoup perdent un ami, certains un compagnon de route, le cyclotourisme lui perd un très grand de ses militants.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.